samedi 2 août 2008

Declerq / Hegarty : Art Snipers.

Les artistes aujourd'hui semblent délaisser les pinceaux pour des armes plus puissantes. Après le scotch vengeur d' Olivier Blanckart, Alain Declercq et Valerie Hegarty proposent des solutions, non moins radicales, mais plus concrètes.
Destruction créatrice, création destructrice, les deux oeuvres semblent se répondre dans leurs modes de fonctionnement et tendent toutes deux à des visions plus amples que la seule attaque de l'art.
Une affirmation politique et poétique sous-tend ses deux regards sur la place de l'art dans le monde contemporain et sur ce qu'il nous renvoie. La mise à mal du tableau réaffirme sa place sacralisée et les monstres qui en naissent ne cessent de nous interroger sur un climat guerrier qui infiltre toutes les couches de la société.
Notons cependant que si Declercq opte pour du 22 long rifle, Hegarty semble tirer avec un plus gros calibre. Ah, la démesure américaine...
Alain Declerq :
Photobucket
Valerie Hegarty :
Photobucket

1 commentaire:

F.P.S. a dit…

De la série des Tirs de Niki de Saint-Phalle à la performance "Shoot" de Chris Burden (qui lui aussi avait utilisé un 22 Long riffle), en passant par les peintures de Dick Higgins, l'utilisation tangible d'armes à feux comme outil de travail semble tout aussi (voire plus) puissant que la représentation même de l'objet (cf: expo "bang bang").